TECHNIQUES DE PRÉSERVATION DE LA FERTILITÉ PRATIQUÉES PAR IVI

Les techniques proposées par IVI pour préserver la fertilité sont les suivantes :

Don d

Vitrification des ovocytes:

La vitrification des ovocytes fait en sorte que les ovocytes arrivés à maturité et obtenus après stimulation ovarienne soient cryopréservés pour être utilisés plus tard lorsque la patiente le décidera, le pronostic établi au moment de la vitrification restant inchangé. Grâce à l'absence de formation de cristaux de glace, le taux de survie des ovocytes est très élevé et par conséquent la possibilité de reporter la maternité peut être raisonnablement garantie.

Don d

Congélation du tissu ovarien:

La cryopréservation du tissu ovarien est une autre technique de préservation de la fertilité. Elle a permis d'obtenir de nombreuses naissances dans le monde entier. Cette technique permettra de rétablir la fonction ovarienne à partir de laquelle on pourrait même obtenir une grossesse spontanée. De plus, les niveaux d'hormones étant normaux, on pourra éviter les effets secondaires caractéristiques d’une ménopause prématurée (ostéoporose, bouffées de chaleur, risque cardiovasculaire).

Lire davantage

Elle pourra être appliquée dans les cas suivants :

  • Femmes atteintes d'un cancer et devant suivre un traitement de chimiothérapie ou une radiothérapie ou toute autre maladie nécessitant ce type de traitement.
  • Méthode privilégiée appliquée aux petites filles avant la puberté. On l'applique également aux femmes adultes et elle peut être combinée avec la vitrification des ovocytes à condition de disposer de suffisamment de temps avant le traitement pour appliquer ces deux techniques .
  • En cas de traitement urgent de chimiothérapie ne permettant pas d'attendre le processus de stimulation ovarien ou encore lorsque cette stimulation est contre-indiquée.
Don d

Transposition des ovaires (oophoropexy):

La transposition des ovaires est une technique de préservation de la fertilité qui consiste à éloigner les ovaires du champ d'irradiation pour éviter une exposition directe de ces derniers à la radiothérapie et donc les dégâts considérables que celle-ci peut occasionner sur les gonades lorsqu'elles se trouvent dans le champ de radiation.

Lire davantage

La transposition des ovaires s'applique à certains cas concrets et peut être compatible avec d'autres techniques. En fonction du champ d'irradiation, ils peuvent être fixés dans la partie supérieure des gouttières para-coliques ou derrière l'utérus.

Ce procédé permet de protéger les gonades dans 60% des cas et de préserver la fonction ovarienne dans 83 à 88% des cas en fonction de la méthode utilisée, laparatomie ou laparascopie.

Parmi les éventuelles complications, on peut citer les lésions vasculaires, l'infarctus de la trompe de Fallope et la formation de kystes.

PRÉSERVATION DE LA FERTILITÉ PRATIQUÉE PAR IVI : PATIENTES ATTEINTES DE CANCER

IVI contribue à améliorer la confiance en soi des patientes atteintes de cancer en leur proposant tout un éventail de techniques de procréation assistée. L'amélioration des traitements oncologiques et l'efficacité des programmes de diagnostic précoce ont permis d'augmenter considérablement le taux de guérison et de survie face à certaines tumeurs. L'augmentation de l'espérance de vie après cancer nous amène à attacher de plus en plus d'importance aux effets secondaires des traitements de chimio et radiothérapie et, de fait, la fonction ovarienne et la préservation de la fertilité sont deux des aspects qui inquiètent le plus les patientes atteintes de cancer. Dans cet esprit, nos médecins travaillent en permanence sur toutes les possibilités reproductives qu'ils peuvent offrir à ces patientes.

Lire davantage

Conséquences d'un cancer sur la fertilité :

  • La couche ovarienne abrite un nombre limité de follicules qui diminue tout au long de la vie avec les ovulations et surtout avec les mécanismes de l'atrésie. La radio et la chimiothérapie accélèrent la réduction naturelle du nombre de follicules et empêchent la maturité de ces derniers. Ce phénomène, associé à l'impossibilité de régénération de l'ovaire conduira à une arrêt prématuré du fonctionnement ovarien.
  • Le nombre de follicules primordiaux qui survivent après une exposition à une chimiothérapie dépend de plusieurs facteurs comme l'âge, le type de cancer, l'agent utilisé (chimio ou radiothérapie) ainsi que la dose et le nombre de cycles.
  • Tous ne vont pas perdre leur capacité reproductive mais le fait que la menstruation demeure ne signifie pas pour autant que la femme restera fertile. Même si la fonction ovarienne est réactivée, les ovocytes peuvent avoir perdu énormément en qualité
  • On a constaté un plus grand nombre de fausses couches et de retards de la croissance intra-utérine ou encore d'accouchements prématurés chez les femmes enceintes ayant eu un cancer dans leur enfance.
  • L'arrêt prématuré du fonctionnement des ovaires, plus l'arrêt de la fonction reproductive, entraînent à long terme, du fait de l'arrêt de la fonction hormonale, des problèmes vasomoteurs, de squelettes et des problèmes cardiovasculaires.

Diverses possibilités et plusieurs traitements sont aujourd'hui proposés aux patientes atteintes de cancer:

  • Vitrification des ovocytes
  • Congélation du tissu ovarien
  • Transposition des ovaires
  • La protection médicale des gonades (agonistes de la GnRH) pourraient éviter que les follicules n'atteignent leur seuil de sensibilité à la chimiothérapie via l'élimination des cellules de la granuleuse. À partir des études réalisées sur des rats traités avec des agonistes GnRH, on a pu démontrer l'inhibition du processus de recrutement de petits follicules dans la réserve, ceux-ci ayant normalement vocation à croitre, qui présenteraient un développement postérieur et une atrésie. L'effet protecteur des agonistes GnRH pourrait s'avérait suffisant contre les traitements plus prolongés et les doses supérieures de chimiothérapie par rapport aux protocoles plus courts utilisés sur les animaux.
    Même si leur usage reste très controversé, les dernières études menées de manière aléatoire semblent concluantes. Leur utilisation doit cependant rester au stade d'essais cliniques contrôlés. Il n'existe aucune application utile pour les hommes.
  • La maturation in vitro des ovocytes (MIV) : consiste à récupérer des ovocytes immatures issus de petits follicules antraux non stimulés ou très peu stimulés, et à les cultiver de manière appropriée jusqu'à ce qu'ils parviennent à maturité. Cette technique constitue une alternative au cycle standard de FIV car elle permet d'éviter la stimulation ovarienne. Elle peut s'avérer très utile chez les patientes pour lesquelles on préfère, pour une raison ou une autre, éviter la stimulation ovarienne, cas par exemple des patientes atteintes de tumeurs hormono-dépendantes

Actuellement la MIV doit être considérée comme une technique venant compléter la stimulation ovarienne, qui s’avère utile lorsque nous n'avons pas suffisamment de temps pour réaliser une stimulation ovarienne ou lorsque les ovocytes obtenus après la stimulation ne sont pas matures, ou encore comme complément à l'obtention de tissu ovarien.

Ces traitements de préservation de la fertilité réservés aux patientes atteintes de cancer ne peuvent pas leur garantir une future grossesse mais permettent au moins de l'envisager.

SOLLICITEZ UN PREMIER RENDEZ-VOUS